Si seulement elle lui avait dit..

 :: KAN'ZEN'CHOUAKU Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 5 Déc - 0:09
Il était parti, il l’avait laissée derrière lui pour quelque chose de mieux, de plus intéressant, de plus stimulant. Elle avait mal. Elle l’avait regardé partir sans un mot, sans le retenir. Pourquoi n’avait-elle rien dit ? Pourquoi n’avait-elle pas tenté de le retenir ? Parce qu’elle lui avait dit ne pas être comme les autres, parce qu’elle lui avait promis de pas crier, de ne pas pleurer comme les autres. Et même si, en voyant sa silhouette s’éloigner petit à petit, elle sentait son cœur se déchirer avec une telle violence qu’il lui était presque impossible de retenir ses larmes, elle continuerait de tenir sa promesse. Elle s’effondrerait plus tard, quand ses yeux perçants ne pourront plus l’apercevoir au loin. A ce moment-là, elle pourra enfin se laisser aller à pleurer cet amour perdu, à regretter amèrement de n’avoir pas pu être celle qui le retiendrait, à abandonner tout espoir et à se laisser sombrer dans les douleurs infinies.

Elle n’avait jamais pu lui dire à quel point elle tenait à lui, jamais elle n’avait pu lui dire qu’elle l’aimait, et plus jamais elle ne pourra l’envisager. Pourquoi n’aurait-elle pas pu lui dire ? Parce qu’elle savait pertinemment que le fait de lui dire l’aurait fait fuir. Alors elle s’était tue, profitant des rares moments qu’ils passaient ensemble, prenant tout ce qu’il acceptait de lui donner et lui donnant tellement plus. Elle avait été jusqu’à lui offrir secrètement son cœur, et lui, sans le savoir, venait de s’en aller avec, la privant de toute joie, de toute envie de vivre. Elle n’était plus qu’une coquille vide, ne ressentant que tristesse et froid, désirant en finir au plus vite. Qui allait la regretter ? Personne, pas même lui. L’aurait-il regrettée si elle était partie avant lui ? Elle en doutait. Finalement, elle n’avait été qu’un passe-temps, une chose dont on dispose à sa guise, et le pire, c’est qu’elle ne lui en voulait même pas, elle n’en avait pas la force.

Elle retourna seule avec sa peine dans la chambre qui les avait abritée, elle s’installa sur le lit et fixa le plafond un long moment avant de se tourner, faisant à présent face à la fenêtre où elle pouvait admirer une pleine lune des plus magnifique. C’était une belle nuit pour en finir. Parce que oui, elle ne voulait plus avancer sans lui. Mais aimer quelqu’un, elle avait compris que c’était savoir le laisser partir pour qu’il soit heureux.
Puis là, dans le noir non loin d’elle, une chose brillante étincelle au clair de lune. Son épée… Il a laissé son épée derrière lui… était-elle devenue inutile elle aussi ? Était-elle également une gêne ? Elle se leva et marcha jusqu’à l’arme qu’elle saisit doucement dans ses bras, comme si elle craignait de la briser d’un geste trop brusque. Et dans la pénombre, elle lui murmura qu’elle comprenait sa douleur et sa tristesse, qu’elles devaient s’unir pour ne plus souffrir. Pourquoi parler à une épée ? Parce que contre toute attente, elle aussi possédait une âme. C’est cette même âme qui permettait à son utilisateur de gagner en puissance, c’est cette même âme qui en faisait un objet unique. Et à présent, c’était cette même âme la seule apte à pouvoir connaitre la douleur de la jeune fille.

Elle se leva, l’arme toujours serrée contre son cœur. Il n’y avait qu’une seule manière pour mettre fin à tout ça, une seule façon pour détruire ces deux âmes en peine. Il fallait qu’elles se brisent mutuellement.
Elle alla se mettre à genoux au centre du grand lit qui renfermait tant de souvenir à présent douloureux, elle fit fasse à la lune et lui sourit une dernière fois. Elle avait vu naitre leur histoire, et cette nuit elle allait assister à sa fin. La jeune fille leva la lourde épée, en posa difficilement la pointe sur son cœur, et le transperça sans hésitation. Il n’y avait plus aucun bruit dans les alentours, même le vent semblait avoir arrêté de souffler pour que ses dernières paroles soient le plus audible possible : « je t’aime ». Mais elles resteront à jamais emprisonnées de ce silence de mort, et il n’en aura jamais rien su.
Si seulement elle lui avait dit...
avatar
Messages : 180
Date d'inscription : 30/11/2015
Age : 27
Localisation : Ici et là
Voir le profil de l'utilisateur http://lostmybrain.forumactif.com


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: KAN'ZEN'CHOUAKU-