Miharu Katame 2

 :: Visiteurs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 1 Déc - 7:53
KATAME
MIHARU

« ON Y VOIT PLUS CLAIR UNE FOIS PLONGÉ DANS L'OBSCURITÉ  »
ASIAN

Mon physique ? C’est une blague de mauvais gout ça ! Je plaisante, je ne le prends pas mal. Mais comment vous voulez que je puisse me décrire ? J’ai pas vu ma tête depuis 10 ans et c’est pareil pour mon style vestimentaire. Bon ok je pourrai demander de l’aide à quelqu’un pour savoir, mais comment être certain qu’il se foutra pas de moi ? Je vais vous dire ce dont je me souviens et vous ferez avec.
Quand j’étais petit, j’avais les cheveux noirs comme tout japonais qui se respecte, mais par contre, j’avais les yeux clairs, verts, comme ceux de ma tante. Oui ou c’est bien ma tante et non ma mère, franchement… Mais ça me rendais particulier et j’aimais ça. Avec les années, comme tout jeune de mon âge, j’ai eu envie de changer ma couleur de cheveux. Etant aveugle, j’ai dû me débrouiller comme je pouvais, et il paraitrait, d’avis général, que j’aurais les cheveux grisés… Me demandez pas comment j’ai pu faire, j’en sais strictement rien, j’ai ouvert les flacons, j’ai mis le tout sur ma tête et.. bah voilà. Mais comme je me vois pas, je m’en fiche. Avec le temps, je les ai aussi laissé pousser, ça, j’ai pas besoin de le voir pour le savoir, ça fait vite des nœuds...
Ah oui! Il y a une seule particularité à ma tenue, un seul truc qui me fait marrer :  je porte souvent un bandeau sur les yeux, mais me demandez pas sa couleur par contre.
J’ai, autant y aller franchement, un caractère impossible à cerner. La plupart du temps, je suis une véritable pile électrique qui ne tient pas en place. Aveugle oui, mais ni muet ni cul-d’jatte.  J’aime rire, plaisanter à tout va sur ma cécité, j’ai appris à vivre avec et il vaut mieux en rire qu’en pleurer. Les débuts ont pourtant été durs, je n’avais plus d’envie pour rien, mais c’est ma tante qui m’a donné un sérieux coup de pied au cul pour que je bouge et regardez le résultat : je suis comme tout le monde, en pire.
En perdant la vue, je suis parvenu à décupler mes autres sens dont l’ouïe. J’entends presque tout, n’essayez pas de vous approcher sans bruit pour me surprendre, je vous aurais déjà entendu arriver depuis un bon moment. Mon ouïe est telle, que j’arrive à percevoir les battements d’un cœur humain lorsque ce dernier commence à accélérer, c’est assez utile pour déceler le mensonge si vous voulez mon avis.

Par contre, il y a une autre face de moi qui ne se montre que lorsque je suis en mission, le gamin bruyant et rieur disparait pour faire place à un garde du corps à l’affut du moindre bruit suspect. Je deviens alors aussi silencieux que la mort, froid comme le givre et aussi dangereux qu’une araignée fondant sur sa proie prisonnière au sein de sa toile.
DATE DE NAISSANCE & ÂGE
20 | 12, 18 ans.
LIEU DE NAISSANCE
Tokyo, JAPON.
NATIONALITÉ
Sinno-Japonais
MÉTIER
Garde du corps de Xue
FACTION
ASIA
ORIENTATION
Hétéro
ARME(S)
Son corps
THIS WORLD IS SPINNING AROUND
« JE SERAI TES YEUX... »
Mon histoire hein… D’accord, mais je vous préviens qu’elle a rien de spécial du tout. Je suis né à Tokyo, au Japon, j’y ai grandi et j’y vécu quelques années, avec des parents tout à fait normaux. Au presque.

Enfant, j’étais une véritable pile électrique, je ne tenais jamais en place ce qui épuisait mes parents, et surtout mon père. Un beau jour, à bout de nerfs, il décida de m’inscrire à un cours de Judo en ville, il s’était mis en tête que ça m’aiderait à canaliser toute mon énergie en trop, et il n’avait pas tort. J’ai découverts que j’aimais ça, pire, ça devenait une véritable passion. Quand j’eus dépassé les autres élèves de mon cours, mon sen’sei proposa à mes parents de m’inscrire dans un véritable dojo, selon lui j’avais un grand potentiel dans ce domaine, et j’étais pas le dernier à râler pour y aller. A l’âge de 7 ans, je me qualifiais pour les tournois junior et j’arrivais à monter jusqu’en national, j’étais tellement fière et mes parents l’étaient aussi. Seulement voilà, ce jour-là, lors des finales, ma vie bascula et ce, pour toujours.
Le gamin contre qui j’allais me battre avait un grand frère, une sorte de voyou, racaille, bref un type pas fréquentable qui s’était mis en tête de faire gagner son frangin et ce, peu importe les moyens. Alors que j’étais seul dans le vestiaire, le gars me tomba dessus et me roua de coups. Bien entendu, je m’étais défendu comme je le pouvais, mais je ne faisais clairement pas le poids. Il m’attrapa par les cheveux et me fracassa la tête sur le sol froid, avant de partir. J’étais toujours étendu sur le sol, sonné, et je ne comprenais pas pourquoi ma vue se brouillait petit à petit. Sans un regard en arrière, je vis sa silhouette floue s’éloigner et disparaitre de mon champ de vision. Je voyais de moins en moins bien, plus le temps passait et plus les formes devenaient floues, vagues. Quand enfin j’entendis des voix familières non loin de moi, j’étais plongé dans le noir, paniqué, meurtri, blessé et brisé.

Entre ce moment et celui où je me réveillais à l’hôpital, je n’ai aucun souvenir. Je ne sais pas si j’étais conscient ou non, le trou noir. Mais quand je me réveillais sur ce lit d’hôpital logiquement blanc, je ne voyais rien, le noir complet. Mon premier reflex fut de chercher si je ne portais pas un bandeau et, malheureusement non, je n’en portais pas. Le second fut de me frotter vigoureusement les yeux jusqu’à avoir mal, mais toujours rien. Pris de panique, je me levais du lit, mais n’y voyant rien, je m’emmêlais dans les fils et câbles qui me reliaient à divers appareils et perfusion, en en arrachant certains au passage, et je tombais lourdement sur le sol. Alerté par les bruits, j’entendis des pas précipités venir dans ma direction et la voix de mes parents qui tentaient de me calmer, mais j’étais terrifié.
Quand je fus calmé et recouché, le médecin vint expliquer la situation à mes parents. J’étais trop jeune pour comprendre, mais j’appris par la suite que j’avais perdu la vue suite à un traumatisme crânien.

Au début, j’eus beaucoup de mal à m’en sortir. Être plongé dans le noir permanent, c’était la chose la plus horrible qui pouvait m’arriver. Je dus apprendre le braille, mais ça non plus j’aimais pas. Ce que je voulais, c’était sortir, reprendre la compétition, mais ma mère refusait de me laisser sortir.
Je devenais fou, coincé entre ces quatre murs qu’étaient ma maison, et finalement, ce fût mon père qui m’aida en convainquant ma mère que je pouvais y arriver. Il m’avait toujours soutenu, poussé à donner mon maximum.

Je repris l’entrainement, difficilement, mais j’y arrivais petit à petit. Je devais oublier tout ce que j’avais appris jusqu’à maintenant, je devais ouvrir tous mes autres, ressentir les déplacements d’air, entendre le moindre mouvement de mon adversaire. Inutile de dire que j’étais loin d’y arriver du premier coup, au contraire, je mis même des années à y arriver. Mais une fois que ce fut fait, je me sentais à nouveau libre, vivant. J’avais 10 ans quand je repris la compétition, mais je refusais de concourir avec d’autres handicapés, je voulais leur montrer à tous que rien ne m’avait abattu et qu’avec ou sans vue, j’étais resté le meilleur. Les régionaux, nationaux, tout y passait, rien ne me résistait, j’étais même invité pour des compétitions à l’étranger, moi, le petit aveugle japonais.

Quand j’eu l’âge, et surtout les capacités pour, je demandais à mon père de me laisser entrer dans le clan. Pas en tant que fils et probable successeur, non, mais entant qu’homme comme les autres. Je ne voulais aucun traitement de faveur, aucunes facilités, je voulais les mêmes chances que les autres, les mêmes missions, les mêmes emmerdes, je voulais prouver à tous qu’avec ou sans yeux, je pouvais m’en sortir seul et même faire mieux qu’eux.
Je vous vois bloqués au mot « clan » alors je vais m’expliquer. J’ai évoqué le fait que ma famille était presque normale, mais ce n’était que question apparence publique. Je vais éviter le cours d’histoire sur le Japon et tous ses clans mafieux, ça vous ferait perdre votre temps et surtout le mien alors je vais faire court : je suis le premier fils de l’un des clans Yakuza les plus importants et influents de mon beau pays. J’ai bien dit l’un des plus influents parce que nous avons une petite particularité que les autres n’ont pas : nous sommes étroitement aux triades chinoises. Ma chère tante que j’aime tant –et à qui je dois mes superbes yeux verts, flous- n’est autre que la dirigeante principale de cette grande organisation. Autant dire que ça impose un peu plus le respect aux assemblées.

Ah ça, j’ai morflé, je vous raconte même pas… Je me suis rétamé, massacré… Le plus amusant fut lorsque qu’on me mit une arme à feu entre les mains, grave erreur. A ça… Les cibles statiques, je les ai toutes ratées, par contre les gars qui bougeaient autour… Le problème mes chers amis, c’est que j’y vois toujours rien, par contre j’entends très bien, trop bien même. Du coup au moindre bruit *paf !* la balle partait, mais pas dans la pauvre cible cartonnée. Cette histoire a beaucoup fait rire ma tante, mon père un peu moins, ça l’avais privé d’une certaine partie de ses gars.
Je peux vous dire qu’ils ont la rancune tenace… Ils m’ont pas raté après, mais pas une seule fois ! Ca les faisait même marrer d’entendre mon père me tomber dessus –et vu sa taille, il tombait de haut-. Mais au final, j’ai fini par gagner leur respect, mais je vais pas vous raconter à quel point, ces mecs peuvent être pires que des gamins parfois. Ils m’ont même donné un nom de code, je sais pas si ils ont voulu faire mal, mais j’ai bien ri et d’ailleurs, j’en ris toujours. C’est quoi ? Ok je vous le dis, je vous aime bien : Œil de Lynx. Mais faut pas croire, c’est pas parce que je ne sais pas me servir d’une arme à feu que je ne sers à rien, au contraire. Mais je ne vais pas vous faire la liste de tous mes talents cachés, ça ne serait pas amusant.

Une fois bien intégré dans le clan, j’ai enfin eu l’autorisation de quitter le pays pour aller faire du tourisme en Chine, ils ont de ces trucs à voir, je vous raconte pas ! Mais j’y vais surtout pour voir ma tante, on s’entend assez bien, puis avec elle je visite autre chose que  mon pays natal, je pourrai le parcourir les yeux fermés !
Dernièrement, elle m’a parlé d’aller rendre visite à un ancien ami, je suis assez curieux de voir ça.

avatar
Messages : 180
Date d'inscription : 30/11/2015
Age : 27
Localisation : Ici et là
Voir le profil de l'utilisateur http://lostmybrain.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Dim 6 Déc - 7:25
Nom Prénom
ft. ... de ...

Âge : ...
Situation conjugale : Célibataire, en couple, marié(e), veuf(ve), divorcé(e)
Situation familiale : Enfant unique, (demi-)frère(s), (demi-)soeur(s)
Métier/études : ...
Caractère

...

Physique

...


Histoire

L'histoire de votre personnage.

Un peu de vous

PUF : Le pseudonyme que vous utilisez habituellement
Prénom : A+B=Z
Âge : En années, pommes de terre, diamants, balais, etc...
Un peu plus de vous : Selon votre inspiration ou à la gloire des points de suspension



avatar
Messages : 180
Date d'inscription : 30/11/2015
Age : 27
Localisation : Ici et là
Voir le profil de l'utilisateur http://lostmybrain.forumactif.com


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Visiteurs-