La fin d'un nom, d'un coeur

 :: KAN'ZEN'CHOUAKU Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 28 Oct - 11:31
La fin d'un nom, d'un coeurFiche Azazel Resh'na

Il avait survécu à une chiée d’épreuves, traversé l’enfer, littéralement, mais cette fois il sentait bien que c’était la fin, sa fin. Perdre son petit chiot, était la pire douleur qu’on ne lui ait infligée et depuis, chaque instant, chaque seconde, la lame s’enfonçait de plus en plus profondément dans son coeur, déchirant un peu plus sa chair sous une douleur insupportable.

Survivre à son second passage vers le néant avait été impensable. En s’y jetant, Il avait espéré que ça le consumerait corps et âme, qu’il ne resterait plus rien de lui.. Mais même ça, il avait échoué. A la place, il était remonté, revenu encore plus puissant que jamais, mais pour quoi faire ? Plus rien n’avait de goût ni d’intérêt, il voulait juste que cette mascarade s’arrête au plus vite.
Alors après son entrevue avec Lucifer, il était rentré chez lui d’un pas décidé, il avait emporté tout ce à quoi il tenait le plus et il avait pris Levanah à part pour lui faire part de ses projets, il comptait beaucoup sur elle pour prendre la relève, le remplacer et tout gérer comme elle le faisait déjà en son absence.
Si lui ne pouvait plus avancer, il pouvait au moins penser à son successeur.
Il l’emmena au coeur de son domaine, dans cette salle que peu connaissait, et dont encore moins y avaient mis les pieds et lui révéla qu’à sa disparition, il faudra qu’elle vienne ici, se jeter au coeur des flammes pour y récupérer la totalité de ses pouvoirs, qu’il ne fallait surtout pas que ça tombe entre les mains de Belial. Avant de partir, il laissa tomber son masque et s’effondra dans ses bras, c’était trop de douleur à supporter pour un seul homme. Il ne lui laissa qu’un dernier conseil : ne pas laisser filer sa chance d’être heureuse quand elle se présentait à elle.

Une fois qu’elle fut préparée pour prendre sa suite, il retourna à sa chambre pour y récupérer le dernier objet qui n’y aurait plus sa place après son départ, la sculpture qu’il lui avait faite… Ca faisait bien longtemps qu’il ne la méritait plus, mais elle avait au moins le mérite de renforcer sa peine et sa volonté d’en finir.. Il fallait qu’il aille la remettre à sa place, là où tout avait commencé et où il avait tout détruit en lui révélant la vérité.
Prêt à partir, il donna ses derrières recommandations à ses hommes de confiance avant de disparaître sans un regard en arrière, il ne reviendrait plus.

La première chose qu’il fit une fois sur terre, ce fut d’aller directement à la cabane -espérant ne pas y croiser sa sœur. Une fois à l’intérieur, il se laissa tomber à côté du lit et se replia sur lui-même.. Ils y avaient passé tellement de bons moments… Il resta prostré un moment comme ça, avant de se redresser pour aller poser la sculpture de serpent sur sa table, déployant ses ailes pour s’arracher la plus grande et la plus belle de toutes ses plumes, la glissant sous la statue avant de quitter la pièce. Son odeur et les souvenirs qui la remplissait, détruisait plus rapidement son coeur que la peste ne fit de ravage.
Il aurait voulu lui laisser un dernier mot, une dernière pensée, mais pour lui dire quoi ? Qu’il était sincèrement désolé et qu’il n’était qu’un crétin ? Il l’avait déjà fait. Si les mots pouvaient réparer les actions, ça se saurait et il ne serait pas ici.
Comme son chiot était trop occupé aux enfers pour revenir ici, il passa quelques temps entre la forêt et le lac, laissant les souvenirs le détruire un peu plus à chaque instant. Il avait gâché tellement de choses entre eux… Il était le seul responsable de sa propre destruction.

Au fond du lac comme il en avait pris l’habitude à cette époque pourtant pas si lointaine, il capta la voix de Lucifer. Ca n’arrivait pas souvent qu’il use de la télépathie pour le contacter et il compris bien vite pourquoi… Il aurait préféré ne rien savoir.. Ou peut-être que c’était mieux comme ça, qu’il pouvait partir en sachant que son petit chiot serait entre de bonnes mains, qu’on prendrait soin de lui comme il le méritait réellement et comme il avait été incapable de le faire… Mais s’il n’avait déjà plus d’espoir, apprendre que son chiot était désormais dans les bras de son ami, acheva de détruire tout ce qu’il restait de son coeur. Désormais, il se sentait complètement vide et même ses yeux ambrés avaient perdus leur éclat. Son regard était mort, comme tout le reste chez lui.
Mais avant de partir, il lui restait désormais une dernière tâche à accomplir, libérer définitivement son petit chiot de tout ce qui le retenait à lui.

Après la nuit mouvementée qu’ils venaient de partager, il se rendit chez celui qui avait été son ami, celui qui venait de tout lui voler. Il ne fut pas surpris de voir que ce dernier c’était lever, quittant les bras de celui qui était l’amour de sa vie, pour venir l’accueillir et probablement essayer de le raisonner. Mais plus personne ne pouvait lui faire entendre raison, c’était trop tard, il n’avait plus rien à perdre.
Il s’approcha lentement du trône et s’y agenouilla comme n’importe quel autre démon, ils n’étaient plus amis et bientôt, il ne serait même plus un Seigneur, seulement un tas de cendre qui le vent balayera bien vite comme s’il n’avait jamais existé. Il lui tendit la main et dans cette-ci, se trouvait une petite flamme d’une couleur absolument magnifique, une petite flamme qu’il avait toujours gardé avec lui, qu’il avait chéri plus que tout.. Mais c’était le moment de s’en séparer, de lui rendre cette liberté qu’il désirait tant.

« Prends-en soin… Il le mérite.. Ne fais pas les mêmes erreurs que moi.. »

Il lui posa la flamme au creux de la paume et lui lança une dernière regard empli d’une tristesse sans nom, indescriptible, comme si toute la peine du monde se retrouvait en cet instant précis en lui.

« C’est la plus belle âme que j’ai jamais vu..Occupe-t-en bien… Il ne sait pas à quel point il mérite d’être heureux. »

Il se releva et se retourna, prêt à partir avant de lâcher quelques derniers mots, pas importants en soin, mais qu’il avait besoin de dire alors qu’il sentait sa présence si près d’eux, de lui..

« Les marques disparaîtront en même temps que moi, tu n’as pas à t’inquiéter. »

Est-ce des mots pour Lucifer ou pour lui ? Peu importe, il ne laissa le temps de réagir à aucun des deux et disparu comme il était venu.

Il se rendit à l’endroit même où il avait tout gâché, sur ce chemin qu’il n’aurait jamais dû insister à parcourir à ses côtés. Comme si l’endroit était resté en peine ce jour-là, plus rien n’y avait poussé et les plantes présentes étaient mortes. Les animaux eux-même, n’osaient plus s’approcher de l’endroit qui semblait être maudit. L’aurait-il maudit inconsciemment ? Non. Si quelque chose était maudit, c’était lui-même.
Il eut une dernière pensée pour Levanah, à qui il laissait un lourd fardeau à porter, pour ses gars qui seraient là pour l’épauler et surtout, pour son chiot qui ne saurait jamais à quel point il l’aimait et ce qu’il allait faire… Cette fois, il ne serait pas là pour le traîner d’urgence chez Lucifer pour qu’il le sauve.
Il finirait sa vie seul, c’était ce qu’il méritait après tout le mal qu’il lui avait fait. Si seulement il avait refusé d’écouter cette vision où on lui promettait le bonheur avec son chiot, il ne lui aurait jamais fait autant de mal…

avatar
Messages : 288
Date d'inscription : 30/11/2015
Voir le profil de l'utilisateur http://lostmybrain.forumactif.com


Revenir en haut Aller en bas
Dim 28 Oct - 13:52
Promesse de bonheurft. Azazel Resh'na


Il avait toujours pensé à ce qu'il lui dirait lorsqu'il le reverrait, lorsque son regard vairon d'humain si fragile reposerait de nouveau sur le démon infaillible qu'il avait connu. Les mois avaient passé, les années et pourtant chaque seconde semblait s'éterniser en son absence. Cette nuit là avait été une sorte de délivrance pour lui. Il en avait beaucoup pleuré, sans que son patron ne comprenne pourquoi mais c'était la seule marque d'affection qu'il avait reçu depuis la disparition de son démon. Il ne pouvait plus entendre son nom à défaut de sentir son coeur se fissurer, plus le sentir, plus...tout. Ses sens étaient à l'agonie. Quand il avait enfin pu retourner chez lui et qu'il était tombé sur la statuette, son coeur avait définitivement fuit sa cage d'os et de sang. Cette fois là, il n'avait pas pleuré. Il avait cherché autour de lui mais sa forêt respirait en parfait harmonie avec lui et rien ne lui échappait, pas la feuille qui tombait, ni le lapin qui s'ébrouait. Ni le silence et la solitude.

A force d'épreuves et de bataille, le chasseur avait vieilli, dépérissant sous les yeux de ses amis, de sa soeur qui s'était mariée et avait eu des enfants, comme ce que lui aurait dû faire. Mais Wyatt était trop accaparé par son travail...le temps avait de l'emprise sur lui contrairement aux autres démons et cela commençait à se ressentir. Plus grand, plus fort, plus dangereux...il avait tué un humain une fois et ne s'en était jamais remis. Il n'avait jamais revu ou même entendu parlé du démon. Mais jamais il n'avait quitté son corps, jamais la passion qui le prenait aux tripes ne s'étaient enfuis. Il était foutrement seul..foutrement désespéré...et plus l'âge lui volait de sa vie, plus cette douleur était visible sur son visage. Même les sourires de ses compagnons ou les bras de Lucifer ne pouvait faire disparaître cette violence...

Et il le sentait. Il sentait la mort glisser sur lui comme une caresse douce de l'amie connue. Il le savait avant que les démons ne la voient. Pourtant, Wait n'était pas si âgé mais la vie lui avait réservé trop d'épreuves pour qu'il n'en soit réellement surpris. Alors il s'était retiré, sans un mot pour personne, abandonnant tout ce qui fut sa possession. Armes, trésors, chaines et entraves. Il ne mit pas fin au contrat, non. Il ne dit pas un mot, personne ne devait savoir. Parce que s'il n'aurait jamais osé, au crépuscule de sa vie cela lui semblait tout de même concevable. Retrouver l'amour de sa vie, le plaisir de ses nuits n'étaient plus si impossible que ça. Il se retrouva devant cet hôtel miteux qui n'avait jamais été démoli, dans cette arrière cour miteuse qui n’accueillait jamais personne mais où il avait croisé le démon pour la première fois. Il avait répété ce moment dans sa tête. S'agenouiller, offrir son âme et s'excuser.
Rien de plus, rien de moins.

Ses lèvres se posèrent sur l'améthyste de sa chevalière qu'il n'avait plu porté depuis des dizaines d'années. La pierre brilla, une forme se traça face à lui et une grande panique s'empara de lui. Comment faire? Comment survivre à ça? Ah mais il n'avait plus besoin de survivre... Il n'avait aucun droit de lui demander quoi que ce soit. Ni le pardon, ni la vie, ni la mort. Il tenta de s'agenouiller, tendre son âme mais en croisant son regard, il resta figé, incapable de faire le moindre geste alors qu'une chaleur qui avait disparu montait peu à peu en lui. Il ne sentit les larmes couler sur ses joues que lorsqu'elles trempèrent son col. Sa voix s'était brisée avant même de ne pouvoir émettre le moindre son. Etait-il si beau dans ses souvenirs? Si puissant? Si...fatigué..?

- J..j'étais venu...

Sa main tremblante se posa sur son palpitant alors qu'il osait faire un pas vers lui, puis un autre, tremblant tant que ses jambes faillirent le lâcher. C'était d'ailleurs un miracle qu'il ne se retrouve pas au sol...

- Je vais mourir demain.

Comment avait-il pu parler sans défaillir? Comment s'était-il retrouvé si près de lui au point de pouvoir ressentir sa chaleur contre sa peau ? Comment sa main avait-elle glissé sur sa joue ? A quel moment ses lèvres s'étaient-elles approchées pour effleurer la peau si douce des siennes? Son coeur battait à tout rompre, ou s'était arrêté, il n'était pas sûr de savoir. Sa main glissa dans la sienne, y déposant la statuette.

- Il n'y a jamais eu.. que toi..

Son front se posa contre le sien alors qu'il guidait sa main jusqu'à son coeur, battant si fort qu'il lui en faisait mal. Il inspira son odeur, capturant sa présence de la sienne pour ne plus jamais la laisser disparaître, partir loin de lui. Son regard croisa le sien, perdu, sous le choc peut-être. De le voir vieux ou juste de le voir? De savoir qu'il va disparaître à jamais? Etait-ce du soulagement qu'il lisait dans ses yeux? Aucunement. Il allait partir là où ils ne pourraient plus jamais s'effleurer et maintenant qu'il était face à cette réalité, Wyatt ne se sentait plus capable d'affronter ça seul. Sizik ne tenait plus à ses côtés, appuyé contre la jambe du démon, face au grand loup noir qui le surplombait de nouveau.

-J'devrais te dire..qu'elle est tienne..c'est c'que j'avais prévu mais.. Sa voix se brisa, une larme de pure douleur courut s'écraser sur le torse de son vis-à-vis alors qu'il plaquait sa main sur sa bouche, retenant un sanglot emplit d'une terreur sans nom, Je suis terrifié.

Je n'veux pas partir loin de toi. Tu es le seul à m'avoir volé mon coeur, le seul à envoûter mon esprit. Celui a qui j'offrirai n'importe quoi sans concessions. Je regrette, si tu savais comme je regrette tout c'que j'tais fait, de nous avoir éloigné, de t'avoir fait partir loin de moi. Tu étais mon soleil, mon Dieu parmi les démons. Tu étais mon tout et tu l'es encore. Jamais je n'ai pu t'oublier ne serait-ce qu'une seconde. Et maintenant que je vais disparaître et ne plus jamais avoir la chance ne serait-ce que penser à toi j'ai peur. J'ai peur comme je n'ai jamais eu peur, je suis terrifié parce que je t'aime d'un amour si profond qu'il me dévore. Je me consume pour toi et je n'ai jamais pu faire autrement. Je n'veux plus être un humain. Je n'veux pas être un démon. Je veux être à toi. Je veux me fondre en toi pour que tu ne puisses plus jamais m'écarter de ton chemin. Je veux que tu enrailles ma force pour me rendre aussi doux qu'un chiot sur tes genoux. Je veux...je veux vivre pour toi. Je veux mourir pour toi. Je veux que tu me dises que tout ira bien et que tu seras là jusqu'au bout.

Aucun de ces mots n'avaient franchi ses lèvres. Son esprit s'était exprimé librement, dans une télépathie qu'il ne pouvait utiliser qu'avec l'autre partie de son âme normalement. Mais ça lui avait paru si logique à cet instant que celui qui le possédait entièrement puisse l'entendre. Et Wyatt savait qu'il l'avait entendu. Sa main glissa dans la sienne. Ses jambes se mirent en marche. Son dos cogna contre le matelas de sa chambre d'hôtel, s'arquant sous la chaleur du corps du démon. Leurs lèvres se rejoignirent sans qu'il n'ait le temps de respirer. Il se tordit sous lui, d'un bonheur sans nom d'avoir retrouvé la chair qui aurait toujours dû être sienne. Qui l'avait toujours été. Ses doigts dans ses cheveux, la caresse de son souffle sur sa peau. Jamais il n'avait été aussi fusionnel. Le lui entier dans les bras, dans la peau de celui qui aurait toujours dû lui appartenir. Les minutes et les heures s'écoulèrent, bien trop vite à son goût, le rapprochant lentement de l'échéance. Ses griffes et ses crocs laissèrent leurs marques alors qu'il se détendait sous le corps de l'être aimé.
Il allait mourir. Mais lui était là, à l'accompagner. Et il n'avait plus peur.

Le soleil se levait pour caresser leurs corps emmêlés dans une étreinte de jeunes amants qui ne voulaient plus se voir disparaître. Quelques heures. Quelques minutes. La mort l'enveloppait dans son étau tranquille. Juste..naturelle. Oui. Il était un humain et c'était ainsi. Deux minutes. Sa main glissa sur le torse du démon. Une minute. La peur l’asseyait de nouveau. Cinquante secondes. Ses lèvres effleurèrent celles qui lui avaient toujours appartenu. Quarante secondes. Son regard se perdit dans le sien. Trente secondes. Son coeur loupa un battement. Vingt-cinq secondes. Sa décision était prise...Vingt secondes. Son murmure s'éleva.

- Je veux être à tes côtés pour l'éternité.

Quinze secondes. Ses lèvres se posèrent sur les siennes.
Dix secondes.

- Tu es ma promesse de bonheur, Azazel.

Il l'avait dit. Il avait murmuré son nom. Dans ses bras. Cinq secondes. Il fermait les yeux, se remettant à l'amour de sa vie.
Minuit pile.

Il rouvrit les yeux.

avatar
Messages : 35
Date d'inscription : 16/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Aujourd'hui à 9:25
La fin d'un nom, d'un coeurFiche Azazel Resh'na

Les jours étaient passés à une lenteur terrifiante, se changeant en semaines, en mois et puis en année. Plusieurs fois, il avait songé mettre fin à la mascarade qu’était son éternité. Plusieurs fois, il avait songé à mettre fin à ce que les humains appelaient « vie », mais jamais il ne l’avait fait. Manque de courage ? Non, cette douleur il la supporterait jusqu’à la fin, c’était son péché, sa pénitence, la chaîne qui lui étreint le coeur, qui lui entaille la chair.. Mais cette douleur n’est pas suffisante, il n’a pas assez payé pour le mal qu’il a fait à son chiot, il ne payera jamais assez.. Même avoir dû renoncer à lui n’était pas suffisant. Il avait pensé à se refoutre dans le néant, à s’y laisser carboniser, à sentir sa peau roussir, brûler, cramer…  Se régénérer pour mieux brûler à nouveau, hurler à s’en déchirer les cornes vocale… Mais il n’en fit rien, jamais. Il coupa les ponts avec ses proches, laissant sa place à celle qui dirigerait son royaume mieux que lui. Il ne donna de nouvelles à personne, disparaissant comme s’il n’avait exister. Il bloqua également toutes communication, que plus personne ne puisse le joindre, le sentir, disparaissant définitivement des radars.
Où il partit ? Peu importe, ça ne regardait plus personne, il n’était plus rien pour personne de toute façon.

Le temps passait trop lentement pour lui, il voyait le monde changer, les gens vieillir, mais lui restait là, debout, invisible aux yeux de tous et pourtant bien présent. Il était fatigué, épuisé. Coupé de son domaine et de ses flammes, il n’était plus qu’une braise qui s’éteint peu à peu, mais sur laquelle on souffle pour s’assurer qu’elle reste rouge. Ne plus vivre et se laisser survivre.. ou peut-être se laisser mourir… Son esprit et son coeur étaient toujours hanté par Wyatt, sa voix, son sourire, son rire, son odeur… chaque jour, chaque nuit, chaque instant de cette éternité trop pesante à vivre, il se demandait comment il allait, s’il était heureux, si Lucifer prenait soin de lui. Quelque part, il avait eu le désir égoïste qu’il lui manque, qu’il veuille le revoir, qu’il le convoque… Mais sa minuscule braise d’espoir était morte avec le temps, jamais son chiot n’avait démontré la moindre envie de le revoir et lui, il ne s’était pas manifesté, son amour était passé à autre chose, il n’avait pas besoin de lui, il n’avait plus besoin de lui… S’il en avait un jour eu besoin.

Combien de dizaines d’années c’étaient écoulées depuis qu’il l’avait libéré ? Il avait arrêté de compter, trop de jours, d’heures et de secondes sans lui. Il y en avait tellement et pourtant, ça s’écoulait tellement lentement. Peut-être finirait-il par quitter ce monde en fin de compte, il commençait à y songer sérieusement quand un nouvel humain lui passa au travers, comme s’il n’était rien de plus qu’un vulgaire fantôme. Mais d’un coup, il se sent aspirer. C’est une sensation ancienne qu’il pensait ne plus jamais ressentir, qu’il n’aurait plus jamais du ressentir… On l’invoquait mais.. qui ? Comment ? C’était impossible, il avait détruit tous les artefacts… tous sauf.. non, impossible…

Le transport achevé, il est là, devant lui.. Toujours aussi beau si ce n’est plus avec le poids des années… Mais pourquoi l’appeler ? Pourquoi le faire venir alors qu’il s’est enfin décidé à partir ? De toute façon il ne le verra pas, il est comme les autres humains, il lui passera au travers et là, il pourra définitivement quitter cet enfer. Quand il voit les larmes de son chiot se mettre à couler, la douleur de son coeur s’intensifie encore plus. Il aurait aimé le prévenir qu’il n’était plus visible, que c’était trop tard s ‘il voulait le voir.. Et contre toute attente, Wyatt s’adresse à lui, comme s’il le voyait réellement comme si… comme s’il était à nouveau visible, solide…
Il fait un pas hors du cercle de feu, puis un second et sans s’en rendre compte, ils était à nouveau proche, comme avant, comme si le fait que quelqu’un ait encore conscience de son existence venait de lui rendre son état originel. Il frissonne en sentant sa main venir se glisser contre sa joue et durant quelques secondes il ferme les yeux, savourant cet instant si irréel. Wyatt est là, près de lui, contre lui… Il a du mal à y croire, l’émotion lui noue la gorge et il se retrouve bien incapable de prononcer le moindre mots, tous ceux qu’il voudrait lui dire, lui hurler, lui murmurer au creux de l’oreille en le serrant tendrement dans ses bras…

« Je ne te laisserai pas partir… Pas seul... »

Parce que s’il devait mourir, il le suivrait, sans hésiter. Et ne pouvant plus résister face à la détresse de son chiot, il le serra dans ses bras avec fermeté, mais surtout beaucoup de douceur. Il ne voulait plus le laisser, il ne voulait pas le perdre à nouveau, pas maintenant..pas après tout ça, pas après ces mots qui résonnèrent dans son esprit. Sa télépathie n’avait jamais été hors de contrôle, il n’avait eu besoin de travailler, de la perfectionner… Non, le coeur de son chiot était tout simplement entré en résonance avec le sien et ils n’avaient pas eu besoin de paroles pour s’entendre, se comprendre.

N’y tenant plus, il se remit à avancer, faisant reculer de plus en plus jusqu’à pouvoir l’allonger totalement sur le vieux lit miteux, mais peu importe puisqu’ils étaient enfin réunis. Comme s’ils n’avaient jamais été séparés, comme s’ils étaient toujours aussi jeunes, ils partagèrent une éteinte chaude, passionnée. Leurs corps s’unirent encore et encore, plus rien ne pouvait les atteindre parce qu’ils étaient enfin tous les deux. Mais lui qui avait trouvé ces dernières années trop lentes, il venait de trouver ces dernière minutes bien trop rapide.. Pourquoi n’avait-il pas le pouvoir de figer le temps…
Les minutes, les heures… La nuit touchait déjà à sa fin laissant place à un jour nouveau, un jour qu’ils pourraient passer ensemble et il espérait, suivit de beaucoup d’autres. Mais c’était ce qu’il espérait et l’espoir ne lui était jamais accordé… A côté de lui, dans ses bras, il voyait l’homme de sa vie vivre ses dernières minutes et ça le rendait terriblement malheureux. Il prit la main de son chiot dans la sienne et la pressa contre son coeur.

« Je suis là. »

Sa prise se fit plus forte et il plongea son regard dans le sien, le suppliant presque du regard pour qu’il lui demande de faire l’impossible pour le sauver, pour qu’ils puissent enfin être ensemble.. Est-ce que le destin s’amusait vraiment avec lui ? Allait-il finalement assez payé pour le mal qu’il lui avait fait ? Son vœux silencieux fut exaucé et, quelques secondes avant la fin, il pose ses lèvres sur les siennes, faisant passer une part de lui, de son énergie dans le corps de l’amour de sa vie, partageant sa force avec lui.
Le temps passa, s’arrêta et finit par reprendre son cour, et le coeur de Wyatt ne cessa pas de battre.

Il avait réussi.

« Je te rendrai heureux le reste de notre éternité. »

Il n’avait pas fait de lui un démon, il n’avait pas fait de lui un monstre. Son chiot était toujours lui-même, rien n’avait changé si ce n’était qu’à présent, ils étaient tous deux lié aux même flammes éternelles, ces mêmes flammes qui ne s’éteignent jamais.

« Je t’aime, Wyatt, de tout ce qu’un coeur est capable d’éprouver »

avatar
Messages : 288
Date d'inscription : 30/11/2015
Voir le profil de l'utilisateur http://lostmybrain.forumactif.com


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: KAN'ZEN'CHOUAKU-